Un phénomène tourbillonnaire touchant une surface d'eau

Une trombe marine est un phénomène tourbillonnaire se présentant sous la forme d'un entonnoir touchant une surface d'eau (mer, lac...). Les trombes se rencontrent sous les Cumulus ou sous les Cumulonimbus dans certaines conditions d'instabilité et de cisaillement. Une trombe est ordinairement moins puissante que la tornade, sa cousine terrestre. Si la trombe parvient à toucher terre sur le littoral, elle deviendra tornade. Ce phénomène se produit quelques fois, comme ce fut le cas à Sainte-Maxime en 2013 par exemple. Par le passé, le terme "trombe" était générique et désignait autant ce que l'on appelle trombe aujourd'hui (on parlait alors de "trombe marine") que ce que l'on appelle tornade aujourd'hui (on parlait alors de "trombe terrestre"). 


Une trombe marine a été observée le 21 novembre 2010 au large de Marseille (Bouches-du-Rhône), en milieu de journée - Serge PEANO

 

Les trombes marines supercellulaires

Une trombe peut se développer dans le prolongement du mésocyclone d'une supercellule, ce qui fait d'elle un cas original, dans la mesure où l'immense majorité des trombes marines résultent d'un mode de formation totalement différent. La structure même du phénomène, tel qu'il se présente sur les clichés communiqués par la Marine Nationale (cf. ci-dessous), est atypique par son absence de tube visible et par la largeur significative de la zone concernée par les vents rotatifs. L'étude détaillée des clichés fait par ailleurs apparaître plusieurs microstructures rotatives secondaires (multivortex). 

Cette trombe présente une structure remarquable de trombe supercellulaire à multivortex, rarement documenté, même aux Etats-Unis, pourtant rompus à l'étude des trombes.