La prévision des tornades et ses limites

La prévision des tornades est réalisée dans le cadre général de la prévision des orages. En effet, les mécanismes qui donnent naissance aux tornades nécessitent un contexte instable (ou plus généralement orageux) pour se déclencher. Ainsi, les bulletins de prévision de KERAUNOS précisent le risque de tornade, en complément de la prévision générale du risque d'orage. 

Les tornades étant un phénomène bref et de petite dimension, leur prévision plusieurs heures ou plusieurs jours à l’avance est impossible à l’heure actuelle. Au mieux, lorsque les instruments de détection adéquats sont disponibles (notamment des radars à effet Doppler), il est possible de prédire leur formation et leur trajectoire avec une avance de 10 à 20 minutes, rarement davantage. Et encore cela ne vaut-il que pour les phénomènes les plus intenses. 

C’est donc une prévision du potentiel de tornades qui est réalisée, et en l’occurrence pour ce qui concerne la France cette prévision vise à établir la probabilité de survenue d’une tornade à l’échelle d’un département ou d’une demi-région. Plus précisément, et pour des raisons de normes de prévision, cette probabilité est évaluée dans un rayon de 40 km autour d'un point. Il est rarement possible de cibler plus précisément le risque pour une prévision supérieure à 1 heure.

 

Quels outils sont utilisés pour prévoir le risque de tornade ?

La prévision du risque de tornade, au même titre que toutes les autres composantes de la prévision météorologique, est réalisée en utilisant des modèles de prévision. On entend par là des simulations numériques des conditions météorologiques attendues au cours des prochaines heures et prochains jours. 

Pour la prévision à courte échéance (jusqu'à h+24), KERAUNOS utilise depuis 2014 un modèle à ultra-haute résolution. Ce modèle bénéficie en effet d'une résolution horizontale de 1 km, et de quelques centaines de mètres à peine sur la verticale dans les basses couches, ce qui lui permet de résoudre la convection et de simuler ainsi les nuages orageux eux-mêmes. Cet outil très puissant permet entre autres d'analyser finement le potentiel de tornades en France. Une sélection de champs du modèle WRF 1 km France est disponible ici

Pour des échéances plus lointaines, de J+1 à J+5, les modèles utilisés ont des résolutions horizontales plus faibles, qui vont de 7 à 25 km : WRF 7 km France, WRF 13 km Europe, GFS 0,25°

Ces outils permettent de déterminer si les conditions vont être propices à la formation d’orages dans telle ou telle zone du territoire, et si des cisaillements forts sont à prévoir. On désigne par cisaillements des variations de vitesse et de direction des vents en fonction de l’altitude, ou sur un plan horizontal. Ces deux ingrédients sont en effet nécessaires au déclenchement du mécanisme qui permet aux tornades de se former, et le but de la prévision est de déterminer si ces ingrédients peuvent se retrouver réunis au même endroit au même moment. La plupart de ces analyses sont compilées dans des indicateurs dédiés, qui permettent de faire un diagnostic synthétique. 

Parmi eux figure le Significant Tornado Parameter, indicateur élaboré aux Etats-Unis mais appliqué également en France par KERAUNOS. Un exemple en est donné ci-dessous, avec un potentiel élevé sur cet indicateur du Centre aux Vosges. La tornade de Gerbépal (Vosges) s'est formée ce jour-là :