Un système orageux linéaire a transité d’ouest en est sur la moitié nord de la France, durant l'après-midi du lundi 3 décembre, en affectant notamment les départements de la Mayenne, de la Sarthe, de l'Eure-et-Loir, du Loir-et-Cher, du Loiret, de l'Yonne, de la Côte-d'Or, de la Haute-Saône, du Jura et du Doubs.

Ce MCS (Mesoscale Convective System) s’est organisé sous la forme d’un QLCS (Quasi Linear Convective System), à l’origine de pluies soutenues, de chutes de petite grêle éparses et surtout de rafales de vent marquées, souvent comprises entre 70 et 80 km/h mais isolément davantage. Des dommages venteux ont été reportés :
>>> dans la Sarthe, quelques toitures endommagées et des arbres couchés ont été signalés ;
>>> dans le Loiret, plusieurs toitures endommagées ont été rapportées sur la commune de Fleury-les-Aubrais ; une quarantaine de communes de la région d'Orléans ont subi des dégâts à des degrés divers ;
>>> dans l'Yonne, des dommages aux arbres ont été observés par endroits et un abri à bovin a été détruit ;
>>> dans le Doubs, on signale sur la commune de Villeneuve-d'Amont des tuiles envolées, des charpentes détruites et des arbres à terre.

L’activité électrique a été significative sous ce MCS, notamment pour un épisode hivernal. Au total, plus de 13600 décharges de foudre ont été détectées au cours de cette journée, avec un premier pic d’activité entre Mayenne, Sarthe et Loir-et-Cher, et un second pic sur la région Franche-Comté en fin d'après-midi:



La structure quasi-linéaire du bord d’attaque du MCS apparaît clairement sur les images radar, avec des sous-segments parfois arqués (bow echo). Ceux-ci ont concentré l’essentiel de l’activité venteuse du système :




Cet épisode s’est mis en place au sein d’un très rapide flux à dominante zonale, marqué par le transit d’un jet-streak sur le centre de la France en cours de journée. Des advections froides d’altitude se sont organisées sur son flanc nord, générant de fait une instabilisation marquée des profils verticaux de la Normandie au Centre dans un premier temps, puis de la Bourgogne à la Franche-Comté en fin de journée.

La présence conjointe d’un jet de basses couches sur ces régions a accentué le potentiel venteux de ce MCS (voir ci-dessous à gauche) et généré une forte hélicité relative en basses couches (ci-dessous à droite).