L'ouragan Irma le 5 septembre vu du satellite SuomiNPP

Un trajet meurtrier de plus de 7000 km

Irma est un ouragan dit cap-verdien, qui a commencé à être surveillé par le NHC dès le 26 août. L'onde tropicale s'est très rapidement intensifiée puisqu'elle est passée de tempête tropicale le 30 août à ouragan de catégorie 2 plus de 12h après.
Suivant une trajectoire ouest avec quelques incurvations et fluctuations d'intensité dues à un plusieurs cycles de remplacement du mur de l’œil successifs, l'ouragan évolue en ouragan majeur de catégorie 3 puis de catégorie 4 la veille de son arrivée sur le nord des Antilles. La trajectoire est guidée par un puissant anticyclone situé au nord d'Irma, qui l'obligé à s'incurver vers le sud-ouest. 
Le 6 septembre, Irma est un ouragan de catégorie 5 et reprend une trajectoire ouest/nord-ouest en bordure sud-ouest de la dorsale anticyclonique. L'ouragan maintient cette intensité et cette trajectoire en balayant Barbuda, Saint-Barthélémy, Saint-Martin, Anguilla, les Iles Vierges puis Turks & Caicos et l'extrême sud-est des Bahamas (Ragged Island). 
Après avoir effectué un cycle de remplacement du mur de l’œil, Irma perd un peu de son intensité au nord de la République Dominicaine. Son corps interne est quelque peu érodé par la proximité de l'île d'Hispaniola et de ses hauts reliefs.
En prenant la direction de Cuba le 8 septembre, Irma se ré intensifie en catégorie 5. Il longe ensuite le littoral nord de l'île avant d'incurver sa trajectoire vers le nord, qui l'amènera alors sur l'archipel des Keys puis dans la région de Naples en Floride le 10 septembre.





Au cours de ce trajet, Irma bat plusieurs records :
- Irma est le plus violent ouragan à impacter directement Saint-Martin et Saint-Barthélémy depuis le début de la climatologie.
- Irma a maintenu des vents soutenus > 297 km/h pendant 37h, cela n'avait jamais été observé dans l'Atlantique (ni dans l'est du Pacifique d'ailleurs).
- Irma est devenu un ouragan de catégorie 5 à une longitude d'environ 57°W, ce qui n'avait jamais été observé.
- Irma figure dans le top 5 des ouragans les plus violents à impacter directement des terres (tous bassins confondus).
- Irma est le deuxième ouragan le plus violent observé dans l'Atlantique en terme de vents soutenus (record détenu par Allen en 1980).
- Irma est resté catégorie 5 durant 3 jours consécutifs, ce qui n'avait jamais été observé dans l'Atlantique. Sur la durée non consécutive, Irma égale l'ouragan Cuba avec 3.25 jours.
- C'est la première fois depuis 1851 que deux ouragans de catégorie 4 frappent les USA une même saison.

Les rafales de vent relevées au sol sont extrêmes et cassent le matériel de mesure :
- 251 km/h à Barbuda avant que l'anémomètre ne soit détruit. Des valeurs supérieures se sont donc produites.
- 244 km/h à Saint-Barthélémy avant que l'anémomètre ne soit détruit. Des valeurs supérieures se sont donc produites.
- 256 km/h à Ciego de Avilla à Cuba
229 km/h à Naples (Floride)
- 209 km/h à Marco Island (Floride)
- 198 km/h à Big Pine Key (Floride)
- 196 km/h à Lely (Floride)
- 163 km/h à Fort Myers (Floride)
- 161 km/h à Miami (littoral)
159 km/h à Sainte-Lucie (Floride)
- 140 km/h Fort Lauderdale (littoral)

Pressions minimales relevées par des stations au sol :
- 916.1 hPa à Barbuda
- 915.9 hPa à Saint-Barthélémy

Outre les vents extrêmes et la submersion, les pluies laissées par Irma sont importantes. Le cumul de pluie estimé par le satellite GPM de la NASA varie de près de 200 mm sur le nord des Antilles à plus de 500 mm sur Cuba :




L'évolution d'Irma est résumée dans cette vidéo d'une minute. Les images satellite témoignent de son extrême intensité avec les sommets nuageux les plus froids (< -85°C) au moment de l'impact sur les Antilles notamment :



Un très lourd bilan humain et matériel

Au moins 82 personnes ont été tuées par l'ouragan dans les Caraïbes et en Floride. Le bilan est catastrophique et s'élèvera à plusieurs dizaines de millards de dollars :

Barbuda : 95% de l'île inhabitable, 3 personnes tuées
Saint-Martin : 90% de destruction sur l'île de 75 000 habitants. Le bilan atteint 11 morts, 112 blessés et 4 morts côté néerlandais
Saint-Barthélémy : aucune victime à déplorer mais dégâts identiques à ceux de Saint-Martin
Iles Vierges britanniques : destructions considérables, comparables à Saint-Martin sur les îles de Tortola et de Gorda. 4 personnes tuées aux îles Vierges américaines
Anguilla : dommages sévères en plusieurs points de l'île, une personne tuée.
Turks & Caicos : dommages catastrophiques reportés par le gouvernement mais pas de victime
Porto Rico : plus d'un million de personnes ont été privées d'électricité et 50.000 d'eau, trois victimes.
Bahamas : dommages importants sur Ragged Island, île la plus touchée par Irma selon le gouvernement local. Les îles d'Inagua et Crooked Island ont aussi subi de gros dégâts
République Dominicaine : au moins 10 000 personnes affectées par les inondations sur la côte nord du pays
Haïti : la partie nord du pays affecté au niveau des cultures mais aucune victime
Cuba : 10 personnes tuées. Le littoral nord de l'île a été inondé sur plusieurs centaines de kilomètres d'après la presse locale. Nombreuses toitures arrachées et dégâts sévères vers Esmeralda
USA : 36 personnes tuées. Inondations d'ampleur sur le littoral oriental et occidental de la Floride et en Géorgie. Dégâts venteux importants dans la région de Naples et sur les Keys


Les vitesses de vent qui ont touché le nord de l'arc antillais puis les Grandes Antilles et la Floride, ainsi que les phénomènes de submersion marine sont d'une ampleur considérable. Quelques clichés et vidéos sont diffusés ci-après :































Retrouvez ci-dessous le suivi en temps réel effectué durant 6 jours :

Vents supérieurs à 300 km/h et pression de 916 hPa sur les Antilles le 6 septembre

Point du 11 septembre à 07h00 UTC
Avec sa remontée vers le nord de la Floride, Irma s'affaiblit et n'est plus qu'un ouragan de catégorie 2. Il deviendra une tempête tropicale d'ici la nuit prochaine. Les vents vont continuer à faiblir au cours des prochaines heures mais de fortes pluies restent encore d'actualité jusqu'en Géorgie ces deux prochains jours. D'ici le milieu de semaine, Irma sera complètement dissipée.


Point du 11 septembre à 00h00 UTC
Irma a touché terre dans la région de Naples vers 21h30 UTC et migre vers le nord en direction de Fort Myers en se comblant lentement. 




Ainsi, à 00h UTC, Irma n'était plus que de catégorie 2 mais la submersion marine sur la côte sud-ouest de la Floride a été brutale après des niveaux exceptionnellement bas. Une rafale de vent de 217 km/h a été relevée à Naples dans le mur de l’œil de l'ouragan.



L’œil d'Irma devient moins distinct, ce qui est classique une fois entré dans les terres. Demain lundi, Irma ne sera plus qu'une tempête tropicale puis deviendra post-tropicale mercredi avant de se dissiper.





Point du 10 septembre à 15h30 UTC
Après avoir touché l'archipel des Keys, Irma poursuit sa route en direction du sud-ouest de la péninsule de Floride. L'impact final se produira ce soir aux environs de la ville de Naples.
Il s'agit pour les îles Keys du plus violent cyclone depuis Donna en 1960 (aussi un 10 septembre). La pression minimale au centre de Donna était similaire à celle d'Irma ce dimanche.
Les vents sont violents sur tout le sud de la Floride avec des valeurs atteignant jusqu'à 160 km/h sur le littoral de Miami (151 à l'aéroport international). Une valeur de 198 km/h a donc été relevée sur Big Pine Key, directement passée dans l'oeil d'Irma. A l'anémomètre à main, une valeur de 188 km/h a été relevée sur Key West par une équipe de chasseur d'orages :




D'autre part, la submersion marine est importante. Les niveaux d'eau dépasse de plus d'un mètre les niveaux habituels à Virginia Key. En attendant, sur le sud-ouest de la péninsule, les niveaux étaient extrêmement bas à Naples, le flux n'étant pas favorable à l'entrée de la houle pour le moment et la marée étant basse.




Point du 10 septembre à 14h UTC
Irma a officiellement impacté la Floride sur les îles Keys au niveau de Cudjoe Key à 13h10 UTC ce dimanche. Une rafale de vent à 198 km/h a été relevée près de Marathon.
La submersion marine s'annonce destructrice. Le niveau d'eau dépasse le niveau normal de près d'un mètre au niveau de Virginia Key. Une submersion plus forte encore est attendue sur le sud-ouest de la Floride à l'arrivée d'Irma qui poursuit vers le nord. 


Point du 10 septembre à 10h UTC
Irma s'est intensifiée durant la nuit et reste un ouragan de catégorie 4 avec des vents soutenus de 213 km/h et des rafales plus importantes. En fin de nuit, l'ouragan a nettement incurvé sa trajectoire vers le nord-ouest et prend à présent une composante nord/nord-ouest.
Le mur de l’œil d'Irma va frapper l'archipel des îles Keys en cette mi-journée. Des hauteurs d'eau de près d'un mètre au-dessus du niveau normal sont observées. Actuellement, la marée descend mais la prochaine marée haute sera particulièrement destructrice sur le sud-ouest de la Floride en terme de submersion.




Les reconnaissances aériennes de l'US Air Force depuis la nuit dernière montrent, comme l'image radar, que le cycle de remplacement du mur de l’œil d'Irma est terminé. Les rayons de vent se sont encore agrandis et les vents de catégorie 2 ont quasiment doublé en rayon sur la quadrant est du système.

Enfin, des reports du nord de Cuba font état de dégâts significatifs en terme de submersion marine (inondations très fréquentes) et de vents :



Point du 10 septembre à 06h UTC
Irma a terminé sa réorganisation et s'est intensifié. C'est à nouveau un ouragan de catégorie 4 avec des vents qui deviennent rapidement plus violents d'après l'avion de reconnaissance de l'US Air Force actuellement en vol. La pression a perdu près de 15 hPa par rapport à hier après-midi et s'établie à 930 hPa ce matin.

L'image satellite montre clairement que l’œil est devenu bien plus distinct, et la trajectoire d'Irma s'est infléchie vers le nord :




Pour l'heure, des rafales proches de 140 km/h sont relevées sur l'archipel des Keys. Ces valeurs vont croître considérablement d'ici 12h UTC.


Point du 9 septembre à 22h UTC
Irma continue de s'éloigner lentement de la côte cubaine. L'ouragan est en train de reconstruire son corps interne. Le radar de Key West fait en effet apparaître deux murs concentriques très nets. Un cycle de remplacement du mur de l’œil, probablement forcé par la proximité avec Cuba est donc engagé. La pression a entamé sa baisse à 935 hPa selon les dernières données de l'avion de reconnaissance, signe d'un nouveau creusement et d'une intensification en cours.
Au niveau des vents, le temps de réponse sera plus long, lorsque le nouveau mur de l’œil sera en place.
Toutefois, le rayon des vents de force ouragan reste remarquablement large et des vents violents touchent déjà l'archipel des Keys avec une submersion marine qui s'amplifie alors qu'Irma est encore à plus de 150 km.

L'impact final sur la Floride dervait se produire entre 18h et 00h UTC demain dimanche dans la région de Naples sur le sud-ouest de la Floride. Mais dès demain midi, le mur de l'oeil atteindra l'archipel des Keys.
La submersion marine prévue sur l'ouest de la Floride s'annonce exceptionnelle et particulièrement destructrice.

Notons enfin qu'une rafale de vent de 256 km/h a été relevée à Ciego de Avilla dans le centre de Cuba par une station au sol ce matin, lorsqu'Irma était repassé en catégorie 5. Une telle valeur dans l'intérieur des terres est impressionnante.


Point du 9 septembre à 17h UTC
Jose passe à bonne distance des îles du nord, les épargnant des conditions cycloniques les plus intenses, comme envisagé par les modèles de prévision depuis quelques jours. La relative petite taille de l'ouragan et le rayon des vents de force ouragan sur son quadrant ouest contribuent à amortir les effet de Jose sur Saint-Martin et Saint-Barth. 

Irma tend à incurver sa trajectoire vers le nord alors que son corps interne montre des signes d'intensification. En effet, la convection est devenue plus intense ces dernières heures et l’œil est à présent entouré de sommets bien froids, inférieurs à -70°C.
L'image radar de Key West suggère qu'Irma a bien entamé son incurvation vers le nord-ouest, piloté par un thalweg d'altitude sur le sud-est des USA qui ouvre une brèche entre deux puissantes dorsales anticycloniques :





Point du 9 septembre à 11h UTC
La proximité de la côte nord de Cuba, qu'Irma continue de tangenter affecte quelque peu son corps interne. L'image satellite et l'image radar suggèrent que le quadrant ouest du mur de l’œil est affecté par l'interaction avec le littoral nord de l'île cubaine. La reconnaissance aérienne en cours ne trouve plus de vents de catégorie 4. Ainsi, Irma pourrait avoir faibli en catégorie 3 mais reste bien creux avec une pression autour de 937 hPa.
Une possible réintensification est envisageable la nuit prochaine, quand Irma s'éloignera des côtes cubaines en direction de l'ouest de la Floride. L'ensemble des modèles de prévision envisage cette intensification, si bien qu'Irma devrait impacter le sud-ouest de la Floride en catégorie 4 au moins.

Jose poursuit une trajectoire nord-ouest qui devrait épargner les îles du nord des conditions les plus extrêmes, comme en témoigne l'image radar des Antilles :





Point du 9 septembre à 07h UTC
Irma suit ce matin une trajectoire parallèle à la côte cubaine et frappe de plein fouet les îles au nord immédiat (archipel de Camaguey). La reconnaissance aérienne a confirmé qu'Irma s'est à nouveau intensifié en catégorie 5 dans la nuit avec des vents soutenus supérieurs à 140 nœuds.
L'image radar de Cuba montre l'évolution d'Irma ces dernières heures, avec une amorce de trajectoire vers l'ouest/nord-ouest :



Quant à Jose, la reconnaissance aérienne de la nuit passée a trouvé un ouragan puissant, à la limite de la catégorie 5 avec des vents soutenus de 135 nœuds, et ce, malgré un soupçon d'affaiblissement compte tenu de son apparence sur l'imagerie satellite. De l'air sec et des cisaillements générés par le flux sortant d'Irma sur son flanc ouest l'affectent peu. 
La trajectoire est passée au nord-ouest. Il devrait donc passer à 100/150 km/h au nord de Saint-Martin et Saint-Barth. Compte tenu de son petit diamètre, les vents les plus violents devraient éviter ces îles mais une houle cyclonique marquée et des pluies sont attendues :





Point du 8 septembre à 21h UTC
L'activité de l'Atlantique tropical reste remarquable ce soir avec Jose qui est un ouragan de catégorie 4 robuste. Un avion de reconnaissance doit décoller de manière imminente, son intensité étant peut-être sous-estimée.


Ouragan José au large des Antilles en soirée.

Quant à Irma, elle présente toujours une circulation très vaste et reste un ouragan de catégorie 4. Un avion est sur zone et va commencer les mesures. L’œil d'Irma reste assez perturbé depuis la fin de son cycle de remplacement du mur de l'oeil. La structure interne apparaît toutefois robuste sur l'image radar de Cuba. Il se peut que des résidus nuageux de l'ancien mur interne traînent près de l’œil.
L'île de Ragged Island aux Bahamas est passée en fin de journée dans l'oeil de l'ouragan. Elle a donc connu les conditions les plus extrêmes.

Le satellite de la NASA (MODIS/Aqua) est passé sur les Antilles cet après-midi. Le ciel était dégagé sur Barbuda, permettant de distinguer l'ampleur des dégâts. L'île est ravagée avec une défoliation extrême. On note aussi les mouvements d'eau entraînés par le passage d'Irma :




Point du 8 septembre à 15h UTC
Irma a bien terminé son cycle de remplacement du mur de l'oeil, cela est confirmé à la fois par la reconnaissance aérienne et par l'image radar de Cuba.
Sur l'imagerie satellite GOES-16, on constate que l’œil d'Irma est en restructuration avec un élargissement en cours et de nouveaux départs de convectif dans le mur externe qui devient à présent mur principal (l'image radar confirme que le mur interne s'est affaissé). Irma reste stable à 130 nœuds (catégorie 4) pour le moment et s'approche des îles de Duncan aux Bahamas.




Du côté de José, la reconnaissance aérienne confirme que c'est à présent un ouragan de catégorie 4, avec des vents soutenus de 240 km/h, au même niveau qu'Irma. Mais José est de bien plus petite taille et est positionné à l'est de la Guadeloupe en cette fin de journée.
Les dernières prévisions de modèles envisagent un passage du centre de José à 100 km des îles du nord, qui devraient tout de même connaître des vents forts proches de 100 km/h et une forte houle. La petite taille du corps interne de l'ouragan devrait limiter les effets venteux si la trajectoire se confirme.


Point du 8 septembre à 12h UTC
La reconnaissance aérienne et l'imagerie radar de Cuba confirment que le cycle de remplacement du mur de l’œil est quasiment complet en ce début d'après-midi. Durant cette phase sensible, Irma s'est affaiblie avec une pression relevée à 927 hPa et des vents de catégorie 4 seulement à 130 noeuds.
Une réintensification n'est pas exclue mais elle dépend de nombreux paramètres comme la proximité du corps interne d'Irma avec Cuba.




Concernant José, une reconnaissance aérienne est en cours et semble confirmer que Jose est en passe de devenir un ouragan de catégorie 4 avec une pression au centre proche de 941 hPa et des vents soutenus relevés à 110 noeuds au niveau du sol sur le quadrant sud-ouest.


Point du 8 septembre à 07h UTC
Les données récoltées par le dernier avion de reconnaissance confirme que le rayon des vents de force ouragan et tempête s'est nettement élargi. Irma croît en taille et se comble de quelques hPa, ce qui est classique lorsqu'une extension du rayon se produit.
De plus, l'image satellite micro-ondes de 5h30 UTC confirme une double structure au niveau du mur de l'oeil. Deux murs concentriques sont toujours présents mais le mur interne semble se contracter plus fortement depuis hier soir. Le cycle de remplacement du mur de l’œil est donc toujours en cours et est la cause de l'expansion de l'ouragan.




Ces prochaines 48h, avant son arrivée sur la Floride dimanche, Irma devrait maintenir une intensité proche de celle observée actuellement avec une expansion qui se poursuivra. Ainsi, un nouveau creusement est anticipé par les différents modèles mais il devrait seulement en résulter une extension du rayon des vents plus qu'une nette intensification.
Une légère incertitude de +/- 50 km persiste quant au lieu de l'impact final. L'extrême sud de la Floride est le plus visé avec des vents qui pourraient atteindre 200 km/h à Miami et plus de 250 km/h en rafales sur l'extrême sud de la péninsule et la région de Homestead.

Concernant l'ouragan majeur José, sa trajectoire devrait l'amener à frôler les îles du nord samedi. Des incertitudes persistent et quelques dizaines de km peuvent changer la donne. Pour l'heure, des rafales > 100 km/h semblent envisageables sur Barbuda, Saint-Martin, Saint-Barth et Anguilla. José est un ouragan de petite taille, ce qui limitera probablement les effets sur les îles du nord. Même un passage à 100 km/h ne laisse une marge aux îles du nord. De fortes vagues et des phénomènes de submersion marine seront toutefois possibles :




Point du 7 septembre à 21h30 UTC
En cette fin de soirée, le quadrant sud-ouest d'Irma semble moins perturbé par de l'air sec avec l'éloignement de l'île d'Hispaniola. Ainsi, la convection et l'afflux en humidité s'est à nouveau bien organisé dans les quatre quadrants. En l'absence de reconnaissance depuis la fin d'après-midi, l'intensité d'Irma reste supposément la même.

L'île de Salt Cay (Turks & Caicos) est entrée ce soir dans l’œil d'Irma. Cette île de 120 habitants connaît donc les conditions les plus extrêmes :



Pour la suite, Irma est prévu impacter la Floride dimanche après avoir balayé le sud des Bahamas. Son intensité dépendra de son approche de la côte nord de Cuba, qui pourrait perturbé son flanc sud. Mais Irma devrait quoiqu'il arrive impacter la Floride en catégorie 4 ou 5. Il reste une incertitude sur le point d'impact précis qui évolue entre Miami et les Everglades selon les modèles.



Point du 7 septembre à 17h UTC
Irma reste positionné au nord de l'île d'Hispaniola et doit gagner le sud des Bahamas la nuit prochaine. Les dernières reconnaissances aériennes montrent un léger affaiblissement avec des vents de 150 noeuds.
La proximité des hautes montagnes de l'île d'Hispaniola peut contribuer à perturber à la fois les flux (entrant ou sortant) au sein de l'ouragan.

Par ailleurs, les dernières images satellite micro-ondes suggèrent que deux murs concentriques sont en place dans la structure interne de l'ouragan. Pour l'instant, cela ne se reflète pas de façon évidente sur les vents relevés par avion bien qu'un double maxi de vent soit relevé sur un quadrant. Un cycle de remplacement du mur de l’œil pourrait donc s'amorcer de manière imminente ces prochaines heures. Une extension du champ de vent est également probablement en cours, conformément à ce que prévoient les modèles de prévision avec un ouragan qui devrait s'élargir.




On notera à l'arrière d'Irma, une intensification de Jose. La convection dans le quadrant nord-ouest de Jose s'amplifie clairement depuis ces dernières heures. Jose est en phase d'intensification et devrait passer proche des îles du nord samedi.
Une incertitude persiste tant sur sa trajectoire que sur son intensité. Si Jose devrait parvenir à devenir un ouragan majeur, des cisaillements modérés devraient le perturber sur l'arc antillais (cisaillements induits par Irma à l'avant) :





Point du 7 septembre à 12h UTC
Depuis ce matin, de nombreux mésovortex sont clairement identifiables sur l'imagerie satellite dans le mur de l’œil d'Irma. L’œil est devenu moins circulaire à plusieurs reprises en raison de ces mouvements de très petite échelle. Toutefois, un avion de reconnaissance vient de constater que l'intensité était toujours stable avec des vents soutenus de près de 155 noeuds dans le quadrant nord-ouest de l'ouragan.
Les premières images visibles montrent des sommets convectifs encore bien actifs dans le mur de l’œil. On notera également de puissantes cellules sur la République Dominicaine (tours chaudes probables) :




Irma reste donc un solide ouragan de catégorie 5 au nord de la République Dominicaine. Cela fait 2 jours que c'est le cas. Si Irma résiste encore 30h en catégorie 5, elle battra le record détenu jusqu'à présent par Allen.


Point du 7 septembre à 07h UTC
Irma poursuit sa route vers l'ouest/nord-ouest et va passer au nord de l'île d'Hispaniola aujourd'hui avant d'impacter Turks & Caicos la nuit prochaine. Demain, Crooked Island puis Long Island aux Bahamas seront touchées à leur tour. Irma maintient une intensité extrême de catégorie 5 avec des vents de 155 noeuds (287 km/h).

Durant la suite de la semaine, les Bahamas resteront concernés par Irma qui devrait ensuite profiter d'une faiblesse dans la dorsale anticyclonique et de la proximité d'un thalweg d'altitude sur le nord-est des USA pour brutalement bifurquer vers le nord, gagnant ainsi la Floride. Une part d'incertitude domine encore sur un impact plus ou direct dans la région de Miami en Floride, comme l'illustrent les spaghettis du modèle américain :





Point du 6 septembre à 22h UTC
Les images en provenance de Saint-Martin, Saint-Barth, les Iles Vierges et Barbuda commencent à arriver. Le bilan est catastrophique sur l'ensemble des îles frappées directement par Irma. Le bilan provisoire est de 6 morts à Saint-Martin mais pourrait s'alourdir. Les infrastructures sont sévèrement touchées, comme l'illustre le témoignage d'une journaliste de Guadeloupe 1ère :




Ce soir, Irma s'est encore creusé à 914 hPa, valeur la plus basse relevée pour cet ouragan jusqu'à présent. La poussée convective présente sur le quadrant ouest a contribué à intensifier encore un peu plus l'ouragan. Cette poussée s'est organisée à la faveur d'un environnement très instable vers Porto-Rico puisque le radiosondage relevait une MLCAPE de 1165 J/kg et une MUCAPE de 2285 J/kg, ce qui est élevé si proche d'un cyclone tropical.
L'ensemble des sommets nuageux du cyclone s'est à présent refroidit, avec -80°C analysé par satellite, voire localement moins près du mur de l'oeil, comme le montre l'image satellite thermique GOES-16 :




Notons enfin que les chasseurs d'ouragan dans les avions de reconnaissance livrent chaque jour des clichés exceptionnels d'Irma. L'équipage de l'US Air Force a diffusé ce cliché dans l'oeil de l'ouragan. On distingue clairement le mur de l'oeil et un très bel effet stadium :





Point du 6 septembre à 19h UTC
Les Iles Vierges sont toujours soumises à des conditions cycloniques extrêmes, d'autant qu'Irma n'a pas faibli. Une dropsonde lancée par avion de reconnaissance a encore relevé une pression de 917 hPa dans l'oeil d'Irma ce soir avec des vents toujours aussi puissants. On observe par ailleurs sur l'imagerie thermique un net refroidissement des sommets nuageux entre -80 et -90°C autour de l'oeil d'Irma, signe d'une possible intensification en cours.

Les images venant des Iles Vierges sont significatives et des dégâts considérables sont à attendre sur ces îles :




Au fil de la nuit, Irma va laisser un répit très relatif aux îles des Grandes Antilles avant d'arriver sur le sud des Bahamas demain soir. La trajectoire à venir d'Irma commence à faire consensus avec une évolution sur une bonne partie de l'archipel des Bahamas avant un tournant brutal vers la Floride. La région de Miami pourrait être très impactée mais cela reste à préciser.



Point du 6 septembre à 17h UTC
Ce soir, Irma a atteint les îles Vierges avec une intensité identique aux heures précédentes. Ainsi, cela fait plus de 24h qu'Irma a maintenu des vents supérieurs à 270 km/h, ce qui représente un nouveau record dans l'Atlantique, le précédent était détenu par Allen en 1980.
L'image radar de Porto-Rico montre l'impact d'Irma sur les îles Vierges anglaises et le nord des îles Vierges américaines. Une rafale de 144 km/h a été relevé à Saint-Thomas avant que l'anémomètre ne cesse d'émettre :




L'image satellite visible/IR Sandwich proposée ci-dessous montre le moment où Saint-Martin est passé dans l'oeil de l'ouragan. On observe une structure parfaite et particulièrement intense avec des sommets convectifs très froids sur le quadrant nord du cyclone, le plus intense :





Point du 6 septembre à 13h30 UTC
Les conditions les plus extrêmes sont à présent passées sur les îles de Saint-Martin, Saint-Barth et Anguilla. Irma fait route vers les Iles Vierges qu'elle touchera dans les toutes prochaines heures et vers l'est de Porto-Rico. Ensuite, Irma entrera sur l'archipel des Bahamas après avoir longé la côte nord de l'île d'Hispaniola.

Les vents qu'ont subi les îles du nord des Antilles sont probablement inédits depuis les dernières décennies avec une des valeurs de 240 à 250 km/h mesurées par anémomètre mais le matériel a ensuite cessé d'émettre. Il est probable que les 300 km/h aient pu être atteints ou dépassés.

Les dégâts sont considérables et les clichés et vidéos les plus remarquables sont postés en bas de page dans le paragraphe "Dégâts considérables sur le nord des Antilles".


Point du 6 septembre à 11h30 UTC
Saint-Martin est également entré dans le mur de l'oeil de l'ouragan Irma. Les premières images en provenance de l'île parviennent et montrent des conditions extrêmes. Des phénomènes de submersion marine majeurs sont signalés sur certaines portions du littoral. L'autre moitié de l'ouragan va affecter l'île alors qu'Anguilla va entrer dans l'oeil d'Irma :




L'image satellite thermique ci-dessous montre bien Saint-Barth dans l'oeil d'Irma à 11h UTC alors que Saint-Martin s'apprêtait à y rentrer. Une pression minimale exceptionnelle de 917.6 hPa a été relevée à Saint-Barthélémy dans l'oeil d'Irma. Plus tôt, une valeur de 915.6 hPa a été relevée par la station NOAA de Barbuda :




Saint-Barth a été touché à peine un peu plus tôt que Saint-Martin. Des inondations par probable submersion marine sont observées :




Point du 6 septembre à 09h UTC
Saint-Barthélémy est rentré dans l’œil de l'ouragan Irma. La station météorologique de l'aéroport n'envoie plus de données depuis l'heure passée. L'autre moitié de l'ouragan est encore à venir.
Le mur de l’œil d'Irma a gagné Saint-Martin qui fait à présent face aux conditions les plus extrêmes avec des rafales probablement supérieures à 250 km/h.





Point du 6 septembre à 08h UTC
Les conditions deviennent extrêmes à Saint-Barth avec une rafale de 244 km/h relevée à 08h UTC pour une pression de 972 hPa. Le maximum n'est pas encore atteint sur l'île, qui voit le mur de l’œil approcher dangereusement :





Point du 6 septembre à 06h UTC
Irma, toujours aussi intense avec une pression relevée par avion de 915 hPa, a gagné Barbuda. L’œil de l'ouragan passe sur l'île même. Une rafale de vent de 250 km/h a été relevée avant une coupure de l'anémomètre. Les conditions sont donc catastrophiques sur cette île. On notera sur les relevés une hausse sensible de la température au passage de l’œil, de près de 3°C avec 27.5°C contre 24.4°C dans le mur de l’œil.
La submersion marine est très certainement destructrice sur l'île. Une hauteur d'eau de 2.6 m est relevée. Le proche littoral est donc sous les eaux sur cette île relativement plate :




Irma fait route vers Saint-Barth et Saint-Martin ainsi qu'Anguilla qu'il devrait impacter de plein fouet vu l’animation radar qui permet de bien matérialiser sa trajectoire :






Point du 5 septembre à 22h UTC
Les conditions commencent à se dégrader sur le nord de l'arc Antillais à l'approche d'Irma. Des grains périphériques concernent les îles avec des rafales de vent pour le moment modérées, de l'ordre de 70 km/h.
L'image radar de la Guadeloupe montre un ouragan toujours très intense avec deux murs concentriques, ce qui pourrait signifier qu'un cycle de remplacement du mur de l’œil est en cours. L'oeil est toujours assez large, de l'ordre de 40 km de diamètre environ et ne se contracte pas encore :




Les derniers rayons de soleil pointent sur l'ouragan et l'on distingue toute la structure interne complexe sur l'image visible :




Un avion de reconnaissance (le 10ème) est arrivé sur zone et a relevé une pression de 920 hPa, encore en nette baisse par rapport au dernier relevé. Des vents de 150 noeuds ont été relevés sur le quadrant nord-ouest du système (le quadrant nord-est étant le plus puissant).


Point du 5 septembre à 17h UTC
Un dernier passage dans le centre de l'ouragan Irma en début de soirée a confirmé une poursuite de renforcement du cyclone avec une pression de 926 hPa et des vents soutenus de 160 noeuds (297 km/h) sur le quadrant nord du système. Irma est ainsi le 2ème ouragan le plus puissant jamais observé dans le bassin Atlantique en terme de vents juste derrière Allen en 1990.
Tous les canaux satellite font apparaître un ouragan extrême. 

Les clichés obtenus dans l’œil de l'ouragan par l'équipage du vol NOAA42 sont exceptionnelles avec un effet stadium offert par le mur de l'oeil assez remarquable :


Photo CDR Kibbey




La prévision pour les îles du nord et Anguilla reste pessimiste avec des conditions extrêmes prévues entre 6h UTC et 15h UTC ce mercredi. Des vents moyens sur 10 minutes > 150 km/h et des rafales à près de 250 km/h sont envisageables. La houle cyclonique attendue devrait être destructrice avec des creux > 14 m en mer. Enfin, de fortes pluies sont prévues avec des cumuls pouvant atteindre 200 mm voire plus par endroit.


Point du 5 septembre à 15h UTC
Le dernier passage d'un avion de reconnaissance en fin d'après-midi met en évidence une nouvelle baisse de pression autour de 927 hPa. Irma s'intensifie encore un peu. Les vents soutenus retenus par le NHC en surface atteignent 287 km/h sur le quadrant nord.
Irma devient ainsi l'ouragan le plus violent jamais observé par le NHC dans le bassin Atlantique hors Caraïbes et Golfe du Mexique.

On observe clairement des méso-vorticités dans l’œil de l'ouragan (au moins 3). Ces dernières tournent autour du point central de l'ouragan. Cela est typique des ouragans intenses. L'oeil d'Irma mesure environ 45 km de diamètre, l'ouragan mesure quant à lui environ 550 km de diamètre.





Point du 5 septembre à 12h UTC
Le jour s'est levé depuis 2h aux Antilles, ce qui permet d'observer Irma sur le canal visible. La structure cyclonique est impressionnante. Le deuxième passage de l'avion de reconnaissance confirme une pression de 929 hPa dans le centre de l'ouragan. Le quadrant nord-est est le plus puissant avec des vents soutenus relevés de 165 noeuds au niveau de vol de l'avion, retenus à 150 noeuds au sol soit près de 280 km/h. Irma est donc un ouragan de catégorie 5 particulièrement sévère
Dans la climatologie, il faut remonter à 2007 et l'ouragan Felix pour trouver un ouragan plus puissant dans l'Atlantique. Par ailleurs, seul l'ouragan David en 1979 avait impacté les Petites Antilles avec des vents aussi violents. Enfin, depuis le début de l'ère satellite en 1966, jamais un ouragan aussi intense n'avait été observé à une longitude aussi orientale (55.7°W). Le précédent record était détenu par David, catégorie 5 à 66.8°W.




Point du 5 septembre à 10h UTC
Ces dernières heures, Irma s'est intensifié encore et l'ouragan apparaît de manière impressionnante sur l'imagerie satellite. L’œil s'est sensiblement élargi et la reconnaissance aérienne en cours confirme une baisse de pression à environ 930 hPa.
L'image satellite vapeur d'eau met en évidence un flux sortant très étendu et efficace sur tous les quadrants du cyclone. 




L’œil est entouré de nuages convectifs dont la température est inférieure à -80°C. On peut même penser qu'Irma possède des caractéristiques annulaires avec très peu de bandes convectives périphériques, un mur de l’œil assez large et un œil élargi.




La trajectoire plein ouest se poursuit (270°) encore pendant quelques heures, avant une incurvation vers l'ouest/nord-ouest attendue ce soir. Des orages en périphérie ouest de l'ouragan touchait la Guadeloupe et les îles voisines mais leur intensité restait limitée.

Il faut noter que depuis le début de l'ère satellite en 1966, seulement trois ouragans ont frappé les Antilles avec l'intensité d'Irma : David en 1979, Hugo en 1989 et Lenny en 1999, tous trois dévastateurs pour l'arc antillais.


Point du 5 septembre à 07h UTC
Ce matin, Irma se trouve à 570 km à l'est de la Guadeloupe et poursuit une trajectoire plein ouest. Comme attendu, Irma a terminé un cycle de remplacement du mur de l’œil. Son œil s'est nettement élargi et des vents de 125 noeuds (231 km/h) ont été relevés à plusieurs reprises lors de la reconnaissance aérienne sur son quadrant nord.
La pression minimale est passée sous 940 hPa avec 939 hPa au dernier relevé.




Irma devrait dans la journée incurver sa trajectoire vers l'ouest/nord-ouest. Il existe toujours une petite incertitude sur l'impact plus ou moins franc sur les îles du Nord demain avec certains modèles qui soumettent les îles à un impact sérieux. HWRF a tendance à faire passer Irma un peu plus au nord, limitant les conditions cycloniques les plus sévères sur Saint-Martin et Saint-Barthélémy.



Point du 4 septembre à 19h UTC
La reconnaissance aérienne en cours ce soir sur l'ouragan Irma nous apprend qu'un cycle de remplacement du mur de l’œil est en cours avec deux maxi de vent relevés dans un mur externe où les valeurs atteignent près de 115 noeuds (soit le niveau de la catégorie 4). Le mur interne s’érode et se révèle plus faible.




Les modèles de prévision du soir confirment un passage au plus près des îles du nord vers 12h UTC mercredi 6 septembre. Quelques détails de trajectoire font passer l’œil d'Irma à près de 30 km de Saint-Martin pour les versions les plus optimistes et sur Saint-Martin même pour les versions les plus pessimistes.

Irma poursuivra ensuite sa route vers les Iles Vierges puis Turk & Caïcos et le sud des Bahamas. L'incertitude croît ensuite quant à la trajectoire qui devrait longer Cuba. La synoptique générale devrait pousser Irma à brusquement bifurquer vers le nord ensuite. La Floride surveille ainsi de près un potentiel impact, ainsi que la côte sud-est des USA.



Point du 4 septembre à 15h UTC
Irma continue de se renforcer à plus de 900 km à l'est des Petites Antilles. Les dernières reconnaissances aériennes ont mis en évidence une baisse continue de la pression au centre de l'ouragan depuis la nuit dernière. A 15h UTC, une pression de 944 hPa était relevée avec des vents soutenus de 105 noeuds (195 km/h). Saint-Martin et Saint-Barthélémy devraient être directement concernés par Irma à partir de 9h UTC mercredi 6 septembre.

L'animation satellite ci-dessous met en évidence les poussées convectives qui contribuent au renforcement de l'ouragan, dans le quadrant sud du mur de l'oeil d'Irma :



Toutefois, la reconnaissance aérienne et l'imagerie radar capturée par avion suggère qu'un cycle de remplacement du mur de l'oeil est en cours. Deux maxima de vent sont relevés et deux murs concentriques sont observés.
L'animation ci-dessous montre les différentes vues radar obtenues lors de la reconnaissance aérienne de ce matin :



Point du 4 septembre à 06h UTC
L'ouragan  Irma était positionné ce lundi matin à un peu plus de 1000 km à l'est des Petites Antilles et prenait une trajectoire ouest/sud-ouest.
Le premier avion de reconnaissance a pénétré dans l’œil de l'ouragan la nuit dernière et a confirmé l'intensité du cyclone. Irma est un ouragan majeur de catégorie 3 avec une pression minimale de 960 hPa. Irma rencontrait ce week-end un environnement plutôt sec à l'étage moyen sur son quadrant nord (le plus puissant et le plus étendu).

Ces 48 prochaines heures, l'ouragan devrait évoluer sur des eaux de plus en plus chaudes, de l'ordre de 29 à 30°C sur le nord de l'arc Antillais. Une bifurcation vers l'ouest/nord-ouest sous une puissante dorsale anticyclonique devrait l'amener au plus près de Saint-Martin, Saint-Barthélémy, Anguilla, Barbuda et les îles Vierges le 6 septembre.
Ainsi, les îles du nord s'apprêtent à connaître des conditions cycloniques sévères avec une houle puissante (vagues > 7 m) et des vents pouvant atteindre ou dépasser 200 km/h en rafales

Le modèle HWRF est initialisé grâce aux données avion (radar et relevés) récoltées. Sa prévision le fait évoluer à peine au nord des îles du nord le 6 septembre avec des vents vers 500 m d'altitude proches de 140 noeuds (260 km/h). 
D'autres modèles de prévision envisagent un passage un peu plus sud (encore plus près des îles). Les habitants des îles du nord doivent donc suivre très attentivement l'évolution d'Irma et se préparer à des conditions cycloniques sévères.