Une dégradation orageuse classique d'un début de printemps a balayé le sud-ouest de la France ce 31 mars.


Chutes de grêle parfois fortes dans le sud-ouest

Les premiers orages se sont développés sur le Béarn en milieu d'après-midi. Comme attendu, ils sont forts et produisent des chutes de grêle atteignant 2 cm de diamètre. Ces orages présentent des caractéristiques supercellulaires, aussi bien sur les clichés de témoins diffusés sur les réseaux sociaux que sur l'imagerie radar. 

On observait par ailleurs sur l'image satellite infra-rouge la persistance durant plus de 4h de sommets pénétrants bien froids (de l'ordre de -65°C) sur le flanc sud du système orageux. Il est donc fortement probable qu'un mésocyclone soit resté actif plusieurs heures en queue de système.




L'instabilité observée dans l'après-midi s'est révélée significative puisque les SBLI atteignaient -4 à -5K au pied des Pyrénées, permettant le déclenchement de ces orages forts grêligènes.





Grêlons de 2 à 3 cm observés dans le Béarn (Sébastien Lesquibe pour La République des Pyrénées)


Après avoir balayé le Béarn, le nord de la Bigorre, le sud du Gers, l'activité orageuse a progressé sur le centre de Midi-Pyrénées, touchant la région toulousaine. A ce moment-là, le système orageux est devenu linéaire. Des structures de type arcus ont été observées :


Photo Sylvain Pradels


Photo Gail Om Photographies


De nouveaux orages se sont développés à l'arrière de la limite frontale, plus tard dans la soirée, sur le sud de l'Aquitaine avec encore des chutes de grêle. Sur la journée, ce sont plus de 5000 éclairs qui sont été détectés sur cette portion du sud-ouest, entre Pyrénées-Atlantiques et Midi-Pyrénées :




Ces orages nocturnes ont été photographiés entre Landes et Pyrénées-Atlantiques par Mathieu Goalard :






Sébastien Claverie était positionné dans le val d'Adour (65) et a photographié ce triple impact de foudre :




La foudre a été photographiée par Romain Archimbaud près d'Urt dans les Pyrénées-Atlantiques :






Toujours dans le sud-ouest, Alexandre Letertre a photographié cet impact de foudre :




SebLM a également intercepté les cellules orageuses dans les Pyrénées-Atlantiques :