La NOAA a publié le 6 mars les premières images issues d'un instrument de détection de l'activité électrique, embarqué dans le satellite GOES-16, récemment mis en service.




Cet instrument, le premier de ce type embarqué dans un satellite à orbite géostationnaire se nomme GLM pour Geostationary Lightning Mapper. Il transmet ainsi des données nouvelles, qui pourront s'avérer précieuses pour les prévisionnistes. GLM va ainsi détecter continuellement l'activité électrique (nuages-nuages ou nuages-sol) dans l'hémisphère occidental (zone couverte par le satellite GOES-16). Ainsi, d'après la NOAA, les prévisionnistes pourront plus aisément détecter les phases d'intensification des systèmes orageux : l'augmentation de l'activité électrique constitue effectivement un signal de renforcement des orages.

Lorsqu'elles sont combinés avec des données radar et autres données satellitaires, les informations fournies par GLM peuvent aider les prévisionnistes à anticiper les orages diluviens. La NOAA précise que dans les régions sèches, surtout dans l'ouest des États-Unis, l'information fournie par l'instrument aidera les prévisionnistes et, en bout de ligne, les pompiers à identifier les zones sujettes aux feux de forêt provoqués par la foudre.