Une dégradation orageuse classique d'une fin de mois d'avril concerne la France le 30 avril.



Arcus en approche de Biarritz en début d'après-midi - Jon Sanchez

Un front froid très actif et bien orageux

Une dégradation orageuse classique pour une fin de mois d'avril a concerné une grande partie de la France le dimanche 30 avril. 
L'axe le plus exposé s'étendait des Pyrénées et de l'ouest du Languedoc au Centre et à l'ouest du Massif-Central. C'est sur cet axe que le soulèvement synoptique induit par l'arrivée d'un front froid s'est le mieux phasé avec l'instabilité de la masse d'air (des indices de soulèvement de l'ordre de -3 à 4K étaient observés à 16h locales).
Ce front froid était piloté par un thalweg d'altitude très dynamique qui est entré plus franchement par la façade Atlantique dans la nuit du 30 avril au 1er mai :

Température et géopotentiel à 500 hPa et thêta'w à 850 hPa (masse d'air) - Modèle WRF 10 km


C'est peu après la mi-journée que l'aspect orageux s'est nettement intensifié. Quelques chutes de grêle et des rafales de vent localement fortes se sont produites au passage de la limite frontale. L'évolution de la perturbation est illustrée par l'image radar :




Au total, ce sont plus de 4500 éclairs qui avaient été détectés par le réseau Blitzortung :




Le gradient de température s'est révélé particulièrement resserré puisqu'on observé près de 15°C d'écart entre l'avant et l'arrière du front froid. Il faisait ainsi à 17h un peu plus de 6°C à Tarbes et Pau contre 21°C à Albi dans le Tarn :




Photographies de la journée