Des orages violents ont frappé les Hauts-de-France ce 23 juin avec grosse grêle et violentes rafales de vent.


Chute de grosse grêle (5 cm) observée par Nils Pigerre en Picardie

Résumé de l'épisode

Dès le matin, un MCS très pluvieux circule de la Normandie vers le Nord-Pas de Calais. Des inondations sont observées sur le Pas-de-Calais et l'ouest du Nord notamment où il tombe localement une cinquantaine de millimètres.

Après une accalmie relative, l'activité orageuse reprend par la Bretagne et la Normandie où des orages localement forts éclatent.

Mais ce n'est qu'en fin de journée que la convection s'amplifie fortement entre le nord des Yvelines, le Vexin et les Hauts-de-France. 
Plusieurs supercellules produisent de fortes chutes de grêle atteignant localement 6 cm de diamètre ainsi que de très fortes pluies et des rafales de vent. Une rafale de 109 km/h est enregistrée par la station de Saint-Quentin dans l'Aisne.
Ces orages supercellulaires sont particulièrement électriques puisque le réseau Blitzortung relève près de 40.000 éclairs entre Picardie et sud du Nord-Pas de Calais :



Ces orages ont profité d'un environnement particulièrement instable. Le radiosondage tiré à Trappes en milieu de journée mettait en évidence une instabilité latente très importante avec un indice de soulèvement de -9K, soit une valeur remarquable.
L'animation satellite visible montre clairement l'évolution de la convection. On distingue des sommets pénétrants témoins d'une convection particulièrement vigoureuse :





Photographies

Arcus multicouches au petit matin près d'Arvillers dans la Somme (cliché d'Antoine Douniol) :






Arcus à l'ouest de Cambrai (59) ce matin à 8h par @GZaure :




Orage avec arcus dans le secteur de Douai (59) ce matin (cliché @GZaure) :




Arcus observé à Valenciennes dans le Nord par Christophe Isorez :




Arcus et orage au petit matin sur Rouen, photographié par Kévin Gondran :




Arcus à Bapaume en début de matinée, photographié par Thibaut Coupez :




Localement, les chutes de grêle ont atteint 5 à 6 cm comme l'ont constaté les chasseurs d'orages Julien Avalet et Nils Pigerre sur place :






La supercellule moteur gauche a été interceptée par Julien Avalet près de Montdidier dans la Somme :




Un second axe orageux s'est développé du nord des Yvelines à l'ouest de l'Oise. Un nuage mur est toutefois observé près de Magnanville dans les Yvelines (photo @InfosMeteo) :




Première supercellule entre nord-est de la Somme, nord de l'Aisne et sud du Nord, d'abord en cours de formation, puis bien aboutie avec nuage-mur structuré et forte aspiration rotative en pointe au plus près du mésocyclone :




Seconde supercellule, de type vraisemblablement HP, vue depuis l'est de Saint-Quentin :




Toujours près de Saint-Quentin, Nicolas Gascard a photographié un mésocyclone bien structuré :




Vers 20h, un superbe ciel a été photographié sur la côte-d'Opale par Christophe Gillon :




Dans le même temps, l'Avesnois était frappé par de violents orages, comme l'illustre ce cliché de Clément Maufroy :






Retrouvez ci-dessous le suivi en temps réel effectué en journée du 23 juin :

23 juin - 21h00 : les orages les plus violents s'évacuent peu à peu

L'activité convective la plus marquée tend à s'évacuer progressivement vers la Belgique, concernant encore l'Avesnois. D'autres structures supercellulaires, plus modestes se développent toutefois sur le même axe, entre l'est de l'Oise et le nord de l'Aisne.

Ces orages sont nés en entrée droite de jet, au sein d'un axe de convergence très instable et bien organisé. L'imagerie satellite thermique a mis en évidence des sommets pénétrants avec une température au sommet des nuages inférieure à -65°C.
L'animation satellite montre clairement l'évolution de ces orages, sur tout l'axe de convergence qui s'étire également jusqu'à l'Allemagne. On distingue les sommets pénétrants au sud de la structure convective :


23 juin - 20h00 : violentes supercellules entre Picardie et Avesnois

L'activité orageuse reste intense entre l'est de la Somme, le nord-est de l'Oise et à présent le sud-est du Nord et le nord de l'Aisne.
Des grêlons de 2 à 4 cm de diamètre sont localement relevés sous les structures supercellulaires.


Grêle observée sous les orages (Will Decoude)


Localement, les chutes de grêle ont atteint 5 à 6 cm comme l'ont constaté les chasseurs d'orages Julien Avalet et Nils Pigerre sur place.

On notera un second axe orageux du nord des Yvelines à l'ouest de l'Oise actuellement, mais a priori moins virulent pour le moment. Un nuage mur est toutefois observé près de Magnanville dans les Yvelines.


23 juin - 18h45 : orages virulents sur la Picardie

Les orages se sont fortement intensifiés sur l'Oise notamment où évoluent de possibles supercellules. Elles produisent une activité électrique très marquée puisque le réseau Blitzortung relève environ 200 éclairs à la minute.
En 30 minutes, ce sont plus de 5800 éclairs qui ont été comptabilisés en Picardie.




D'autres orages se développent dans le prolongement de l'axe de convergence jusqu'à la Beauce.


23 juin - 18h00 : axe de convergence en place de la Sarthe aux Hauts-de-France

La convergence de basse couche prévue sur le nord de la France est en place sur un axe Le Mans - Beauvais - Lille comme l'illustre le champ de vent ci-dessous.
Les orages, encore assez actifs, commencent à éclater sur cet axe mais le forçage d'altitude n'est pas encore optimal pour favoriser une explosion de la convection.

On note toutefois des cellules qui commencent à s'intensifier sur le Vexin et sur le centre de l'Oise. Un fort gradient de température et d'instabilité s'est comme prévu mis en place sur cet axe avec une baisse sensible des températures entre Rouen et Evreux alors que les 30°C restent d'actualité entre Beauvais et Saint-Quentin par exemple.





23 juin - 15h30 : masse d'air particulièrement instable au nord

L'accalmie perdure sur la majeure partie du pays, sauf de la Bretagne à l'ouest de la Normandie où des orages généralement modérés remontent du Golfe de Gascogne.

La masse d'air se déstabilise toujours fortement. On observe des points de rosée de 19 à 22°C sur le nord du pays et le radiosondage tiré à Trappes à 13h locales confirme une très forte instabilité latente avec 2254 J/kg de CAPE et un Li de -9K (valeur extrêmement élevée).
On notera par ailleurs une tropopause très élevée à près de 15 000 m d'altitude et un potentiel venteux significatif sous les orages puisque la DCAPE atteint quasiment 800 J/kg.




23 juin - 10h30 : orages encore actifs sur le Nord-Pas de Calais

L'activité de la nuit passée se prolonge en ce milieu de matinée sur le Nord-Pas de Calais notamment où des orages parfois forts éclatent depuis la fin de nuit.
Des inondations locales ont touché ces deux départements au passage d'orages très pluvieux. La commune de Boulogne-sur-Mer notamment a subi des inondations en centre-ville. 
Des cumuls de 40 à 50 mm ont d'ailleurs été relevés en plusieurs points des côtes de la Manche, que ce soit dans la Manche, le Calvados ou dans le Nord (région de Dunkerque).

Quelques rafales de vent de 60 à 80 km/h ont accompagné ces orages. En arrivant sur les Hauts-de-France, ces derniers se sont structurés en un système linéaire bien actif. De nombreux clichés d'arcus multicouches ont ainsi été photographiés entre la Somme et le Nord (voir paragraphe Photographies).

Une accalmie temporaire devrait se mettre en place au nord de la Seine, avant une reprise rapide des orages cet après-midi par l'ouest. Ces derniers gagneront vers les Hauts-de-France d'ici ce soir.