Un anticyclone se constitue et se renforce en ce début de semaine sur le nord de la France. Les pressions en son cœur devraient battre les records absolus pour un mois de décembre sur ces régions.

Plus de 1045 hPa

La pression atmosphérique permet de déterminer le poids de la colonne d'air située au-dessus du sol. En règle générale, cette pression est supérieure à 1013 hPa dans les situations anticycloniques, et inférieure à 1013 hPa dans les situations dépressionnaires (des exceptions sont toutefois possibles).

En France, la pression atmosphérique présente ses plus fortes amplitudes au cours de la saison froide. C'est ainsi en décembre, janvier et février que les dépressions atteignent les plus bas niveaux de pression sur notre pays, et qu'à l'inverse les anticyclones peuvent être les plus puissants. En cette saison, il est ainsi possible de considérer que les valeurs supérieures à 1030 hPa sont élevées mais normales sur un plan climatologique ; dépasser la barre des 1040 hPa devient en revanche plus remarquable et cela ne se produit en moyenne qu'une à deux fois par an ; atteindre une pression encore plus élevée, supérieure à 1045 hPa, est rare, et même exceptionnel en décembre. C'est pourtant ce que les modèles de prévision s'accordent à envisager pour ce mardi 27 décembre et la nuit suivante entre Hauts-de-France, Lorraine et Alsace.

La situation générale prévue en Europe est indiquée sur les deux cartes ci-dessous, issues des modèles GFS (résolution 0,5°) et WRF 10 km Europe de Keraunos. On y voit les très hautes pressions attendues sur le nord de la France :



La prévision des modèles à haute résolution confirme la présence attendue d'un cœur anticyclonique très puissant entre Hauts-de-France et Alsace. Les différents scénarios du modèle ensembliste de Keraunos (WRF-ENS) oscillent entre 1044 et 1047 hPa, avec une moyenne des scénarios à 1046 hPa :


Vers un possible nouveau record absolu mensuel sur le nord du pays

Parmi les régions concernées par ce cœur anticyclonique remarquablement puissant se trouve la ville de Lille (Nord), qui dispose d'une série de données de pression atmosphérique depuis le milieu du 18ème siècle, soit l'une des plus longues d'Europe. Les valeurs ont été normalisées pour corriger les biais de mesure, ce qui permet d'obtenir une série de données homogénéisée et dès lors une climatologie précise de la pression atmosphérique sur ce secteur.

Il s'avère que le record absolu de haute pression en décembre à Lille a été établi le 25 décembre 1991 avec une valeur de 1044,8 hPa. Des scores comparables, proches de 1044 hPa, ont également été atteints en décembre 1905 et 1931, tandis que des valeurs de 1043 hPa ont déjà été mesurées en décembre 2006, 1932 ou encore 1766.
De la même manière, le record de pression pour un mois de décembre depuis l'après-guerre s'élève à 1043 hPa à Strasbourg, et à 1043,5 hPa à Nancy.

On le voit : des valeurs de 1043 à 1045 hPa ont été déjà été observées sur le Nord en décembre, mais aucun précédent de valeur supérieure n'est connu. Ainsi, un record absolu mensuel pourrait être établi dans la nuit de mardi à mercredi si la pression venait à atteindre 1046 hPa sur le nord du pays, qui connaîtrait dès lors son plus puissant anticyclone en décembre depuis plus de 250 ans.

Quelles conséquences ?

Les conséquences sensibles de ces très hautes pressions sont généralement limitées, dans la mesure où cela assure un temps très calme et très peu venté. Il n'y a donc pas de risque météorologique associé à ce type de situation.
Néanmoins, les anticyclones très puissants tendent à favoriser les brumes, brouillards et nuages bas si l'air proche du sol est humide, et ils limitent par ailleurs la dispersion des polluants, faute de vent près du sol.