Le 29 décembre 2017, vers 13h30 locales, une tornade de faible intensité (EF1) traverse trois communes du Finistère, dont Sibiril qui apparaît la plus atteinte. Une personne est grièvement blessée après avoir été touchée par un trampoline qui a été emporté par le vent. 

La tornade de Sibiril survient dans une masse d'air polaire instable à l'origine de vents forts et d'orages localement violents. Plusieurs phénomènes venteux destructeurs sont observés, notamment en Bretagne, en Normandie et en Île-de-France, occasionnant des dégâts. 
  

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF1, soit des vents estimés entre 135 km/h et 175 km/h
* distance parcourue : 5 kilomètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 100 mètres 

* communes traversées : CLÉDER (Créac'h Quélen, Scavennou), SIBIRIL (rue de Kermenguy), PLOUGOULM
* département : FINISTÈRE (29)
* altitude moyenne du terrain : 40 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu, terres arables hors périmètre d'irrigation, systèmes culturaux et parcellaires complexes, forêts de feuillus

* principaux dégâts : arbres ébranchés ou déracinés ; habitations endommagées (toitures partiellement arrachées, véranda brisée, vitres explosées, cheminées écroulées) ; une exploitation légumière atteinte (armatures métalliques d'une serre pliées, bâche arrachée); un boulodrome détruit ; toit d'un préau soulevé et emporté, endommageant deux véhicules et une porte de garage ; mobilier de jardin emporté ou détruit ; débris transportés dans le tourbillon ; légères projections à distance

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Trajectoire de la tornade 



© Keraunos (fond de carte : Géoportail)


Des objets qui volent dans le ciel et un boulodrome détruit

La tornade de Sibiril du 29 décembre 2017 a parcouru au moins 5 kilomètres en ligne droite, selon un axe Ouest/Nord-Ouest - Est/Sud-Est. L'analyse et la localisation des dommages permettent d'identifier un couloir de 100 mètres de largeur en moyenne.  

Le tourbillon a pu être ressenti par plusieurs riverains, témoins du phénomène. Une habitante de Sibiril témoigne : « On a d’abord senti la maison trembler. Dehors, ça tourbillonnait. Mon bateau, dans le jardin, a tourné. Ça a duré à peine deux minutes mais c’était impressionnant ! [...] J’ai entendu un grand bruit puis le ciel s’est assombri, c’était comme un tourbillon tout gris, sombre [...] Les objets volaient dans le ciel ! » (Le Télégramme du 29 décembre 2017).

Du Nord de Cléder au Sud de Plougoulm, des dommages sont identifiés respectivement à Créac'h Quélen, Scavennou (Cléder), rue de Kermenguy à Sibiril, et dans la vallée du Guillec à Plougoulm. Dans cette première commune, des arbres sont ébranchés ou déracinés et trois habitations endommagées (toitures partiellement arrachées, véranda brisée, vitres explosées, cheminées écroulées). Une exploitation légumière est également atteinte (armatures métalliques d'une serre pliées, bâche arrachée). 

Mais c'est sans conteste dans le village de Sibiril que les dommages sont les plus importants. Outre les toitures d'habitations endommagées, le bâtiment communal qui abritait le boulodrome est détruit. La structure en bois, qui offrait une forte prise au vent, n'a pas résisté. Dans ce même village, un homme de 60 ans est grièvement blessé : touché par un trampoline qui s'était envolé avec le vent, il doit être transporté à l'hôpital. Le toit d'un préau est également emporté près de l'école Sainte-Anne (dans sa chute, il endommage deux véhicules et une porte de garage).

En poursuivant sa course vers l'Est/Sud-Est, le tourbillon semble se dissiper : seuls des dégâts sur la végétation sont signalés au sud de Plougoulm, de la vallée du Guillec aux abords de la D69. Le phénomène se poursuit peut-être au-delà mais aucune enquête de terrain ne permet de l'attester. 

Les dégâts relevés suite à cette tornade permettent de valider une intensité EF1 sur l'échelle améliorée de Fujita, car la structure du boulodrome et la nature des matériaux de construction offraient une faible résistance au vent.

© Ouest-France

En savoir plus sur les tornades