Janis Brossard était positionné dans le Var le 24 juin. Il nous livre ses clichés et son récit.

Ceci est un petit récit d'une journée sous le signe d'orage assez fort sur le Var, nous étions 3 passionnés en photographie en quête de mouvements qui étaient partis dans les Alpes-de-Hautes-Provence pour contempler les lavandes / faire du tourisme et piquer une tête dans le lac de Sainte-Croix. De mon côté, j'ai regardé les modèles météorologiques, j'ai compris que la situation allait soudainement dégénérer avec une anomalie venue du nord qui déstabilisera le ciel dans le Var ! 

Dans la foulée (vers 14h), nous prenons la direction Valensole => Carcès, le ciel s'ennuage avec un voile nuageux provenant d'orages qui sévissaient déjà dans le nord-est du Var avec quelques cumuls pour l'instant insignifiant à l'avant... 

Arrivés à destination sur 200 m² nous croisons une équipe de 3 chasseurs d'orages venus des Bouches-du-Rhône et une autre de Brignoles, le Var n'était à ce moment pas très grand ! En 30 min les cumulus à l'aspect ridicule se sont soudainement mis à gonfler au passage de l'anomalie, je compris qu'il était temps de laisser les chasseurs pour trouver un spot. 

D'épais rideaux de pluie font l'apparition , l'orage gronde, un vent chaud se lève on ne le sait pas encore, mais à cet instant on assiste à la naissance d'un monstre qui dévastera une partie des vignobles varois avec des grêlons de 3 à 5 cm d'épaisseur !




Les précipitations intenses s'élargissent, le vent chaud qui soufflait en continu devient froid, il n'aura pas fallu attendre longtemps pour sentir les premières grosses gouttes, ont décidé de continuer notre chasse en la poursuivant vers le sud, de Carcès nous irons vers Garéoult.

Sur le trajet on remarque un rideau blanc, en parallèle sur les radars de précipitations la cellule était rouge, on s'était dit que ça devait bien grêler en dessous et qu'il n'était pas question d'exposer la voiture ! Mais une autre naissante fait duel avec la première.

Celle-ci se trouvait vers Saint-Maximin-la-Saint-Baume, il fallait faire un choix qui finalement se portera sur la nouvelle, le principal élément décisif était la quantité d'impacts visibles en si peu de temps ainsi qu'une base vraiment apocalypse sur son flanc Est...




De Garéoult on met tout sur table, on va à Signes pour intercepter le second orage ! fort heureusement le trajet était fluide dans notre sens contrairement à l'autre où il y avait les retours du circuit du Castellet ! On trouve à la hâte un champs et on capture les premiers impacts assez proches !




Un autre impact à multiples impulsions apparaît derrière les collines, sur l'appareil photo le dédoublement du canal est surprenant :




Un petit ramifié vient à s'ajouter dans la collection, visiblement la colline barre le chemin et ne veut pas qu'ils impactent en ville...




Rectification, peu de temps après, il apparaît, comme s'il m'avait écouté, dans l'équipe c'était l'extase ! Mon frère en a fait des vidéos au ralenti et c'est spectaculaire !




Toutes bonnes choses ont une fin, qui se termine par une photo au coucher de soleil d'un champ d'herbes folles encore trempées :




Sur le retour de Signes on fait un détour par Carnoules pour constater les dégâts liés à la grêle ! Spectacle désolant des vignes effeuillées, des oliviers malmenés, des platanes amochés et malgré les heures qui ont pu défiler il restait un bon tapis de grêle...



Une autre prise dans le centre-ville de Carnoules, grosse accumulation de grêle ! jusqu'à 30 cm d'épaisseur ! 

Chers amis, je vous dis à bientôt pour de nouvelles aventures palpitantes...