L'année 2018 a débuté dans des conditions tempétueuses sur la France. Suite à la mise en place d'un très rapide flux perturbé océanique, deux dépressions bien creusées ont affecté successivement notre pays : Carmen le 1er janvier, puis Eleanor le 3 janvier. Les rafales de vent ont été d'autant plus virulentes que des limites instables se sont développées en périphérie sud de ces systèmes perturbés, occasionnant des séries de rafales convectives intenses, parfois proches de 150 km/h.

Tempête Carmen dans l'ouest : violentes rafales sous de nombreux orages

La dépression Carmen a circulé en Manche en matinée du 1er janvier 2018. Le front froid instable et la traîne active qui lui a succédé ont produit de forts orages très venteux. Le foudroiement observé durant la matinée du 1er janvier est assez remarquable pour cette période de l'année, avec plus de 3300 éclairs recensés.


Les dégâts consécutifs à ces vents violents sont majoritairement typiques de rafales convectives virulentes mais quelques uns d'entre eux font l'objet d'analyses approfondies afin de confirmer leur nature. Le cas le plus spectaculaire a été observé en Vendée, où une éolienne a été abattue par le vent à Bouin :


Photo Ouest France


D'autres cas sont en cours d'étude, comme à Macau en Gironde ou à Lathus-Saint-Rémy dans la Vienne

Parmi les valeurs de vent relevées, on peut retenir par exemple :

- 133 km/h à la pointe de Penmarch (29)
- 131 km/h au Cap Ferret (33)
- 131 km/h à Saint-Nazaire (44)
- 120 km/h à Saint-Felix Lauragais (31)
- 111 km/h à Toulouse-Blagnac (31)
- 111 km/h à La Roche sur Yon (85)
- 109 km/h à Nantes-Bouguenais (44)
- 107 km/h à Cognac (16)
- 106 km/h à Mauroux (32)
- 102 km/h au Montat (46)
- 102 km/h à Châteauroux (36)
- 101 km/h à Cazats (33)

La dépression Carmen s'est développée au sein d'un rapide flux d'ouest, profitant d'une cassure de jet et d'un phasage entre l'air doux de basse couche et une anomalie de basse tropopause circulant d'ouest en est. Cette dépression secondaire s'est creusée jusque 993 hPa et a atteint son stade de maturité entre département de la Manche et celui de la Seine-Maritime. 
On observe sur l'image satellite composite le creusement d'un tourbillon secondaire vers la côte Aquitaine jusqu'à l'Occitanie ainsi que l'arrivée d'air bien froid en altitude, responsable de la déstabilisation de la masse d'air et des orages observés.



Tempête Eleanor le 3 janvier : rafales convectives parfois violentes au nord

Le 3 janvier, une dépression, nommée Eleanor par les service météorologiques irlandais a circulé de l'Irlande au Danemark. Cette dépression, bien que circulant très au nord, a produit des vents particulièrement forts sur le nord de la France. On constate un enfoncement très rapide d'air froid en altitude au sein de la limite frontale froid qui circule sur le nord de la France. De fait, ces advections d'air froid ont favorisé une déstabilisation des profils verticaux et le déclenchement de violentes rafales convectives malgré un gradient de pression loin d'être extrême :




Bien que plus rares que le 1er janvier, les orages ont été au rendez-vous durant cette journée du 3 janvier. Plus de 300 éclairs ont été détectés sur la journée, notamment des côtes de la Manche aux reliefs de l'est, là où les rafales de vent les plus violentes ont été enregistrées :




On peut ainsi noter, parmi les très nombreuses rafales de vent relevées :

147 km/h à Cambrai-Epinoy (62), soit un nouveau record absolu pour la station (post-1980)
- 144 km/h à Belmont (67)
- 143 km/h à Giez (74)
- 135 km/h sur l'aéroport de Metz-Nancy-Lorraine
- 131 km/h à Saint-Quentin (02)
- 123 km/h à Changis-sur-Marne (77)
- 122 km/h à Dieppe (76)
- 120 km/h à Saint-Arnoult (60)
- 119 km/h à Abbeville (80)
- 117 km/h à Chambéry-Aix les Bains (73)
- 117 km/h à Roissy CDG 
- 117 km/h à Strasbourg-Entzheim
- 113 km/h à Saint-Dizier (52)
- 111 km/h à Paris (75)
- 107 km/h à Vagney (88)
- 107 km/h à Reims (51)
- 106 km/h à Septsarges (55)
- 102 km/h à Saint-Maur-des-Fossés (94)


Là encore, la majorité des dégâts sont liés à des rafales convectives classiques mais quelques investigations sont également menées afin de confirmer la nature de quelques dégâts, notamment en Eure-et-Loir sur un hameau de Marville-Moutiers-Brûlé :


Photo de l'Echo Républicain


On notera enfin que la tempête Eleanor a causé la mort d'une personne et en a blessé une quinzaine d'autres. Enfin, de violentes rafales ont également été observées entre l'est de la Provence et la Corse (185 km/h sur les caps corses) mais que ces rafales n'étaient pas associées à une instabilité particulière.