Malgré un nombre de cas en hausse par rapport à 2015, l'année 2016 a présenté une activité tornadique globalement peu marquée.

15 tornades dont 1 d'intensité significative

En 2016, ce sont 15 tornades qui ont été recensées sur le territoire français, parmi lesquelles on compte :
+ 10 tornades d'intensité EF0,
+ 4 tornades d'intensité EF1,
+ 1 tornades d'intensité EF2,
+ 0 tornade d'intensité EF3 à EF5.
 
Ce bilan ne considère que les cas dont l'expertise a pu démontrer avec certitude la nature tornadique. S'y ajoutent 9 cas très probables mais non certains, observés pour la plupart d'entre eux entre fin mai et mi-juin, sous la forme de très longs tubas dont le contact avec le sol n'a pu être démontré. A noter que les cas non certains ne sont pas pris en compte dans les bilans édités par Keraunos, dans la mesure où ils pourraient fausser l'analyse climatologique du phénomène.


Tornade EF0 à Allanche (Cantal) le 24 juin 2016.

A noter par ailleurs qu'une multitude de phénomènes venteux, rapportés comme tornades par des sources diverses (medias, sites d'information,...), sont en réalité des phénomènes différents - le plus souvent des rafales descendantes, parfois sous forme de microrafales. Parmi eux, 11 événements n'ont toutefois pu être classifiés malgré les investigations réalisées : les dommages, généralement très localisés, ne présentent pas de caractéristiques suffisamment explicites pour mettre en évidence une nature tornadique ou, à l'inverse, linéaire. Tous ces événements n'intègrent donc pas la liste des tornades référencées ni, a fortiori, le présent bilan. Ils peuvent toutefois être consultés dans la base de données générale.

Ce chiffre est-il élevé ?

En regard des dernières années, on estime que 2016 est une année inférieure à la normale en matière d'activité tornadique pour la France. De fait, au cours de la dernière décennie, seules les années 2011 et 2015 présentent un nombre de tornades recensées encore inférieur.
Il est intéressant de noter que ce faible nombre de tornades en 2016 fait suite à une année 2015 déjà déficitaire. A l'inverse, l'année 2014 avait été tout à fait remarquable : jamais un nombre aussi élevé de tornades n'avait été recensé en une seule année en France.
 
NB : il est important de garder à l'esprit qu'un certain nombre de tornades de faible intensité (notamment EF0) peuvent encore échapper au recensement lorsqu'elles touchent des zones peu habitées.

Quelle est la plus forte tornade de l'année 2016 ?

L'année 2016 n'a pas été marquée en France par des tornades de forte intensité, c'est-à-dire de classe EF3 ou supérieure. On ne dénombre qu'une seule tornade d'intensité significative (EF2), survenue le 23 novembre à Saint-Martin-de-Londres (Hérault) : un dossier complet est disponible.
 
Les dommages provoqués par cette tornade ont été localement importants : arbres ébranchés, déracinés ou brisés, habitations endommagées (tuiles et portions de toitures arrachées) et, fait plus original, plusieurs véhicules déplacés, retournés voire transportés par la tornade (photo ci-dessous). Certaines projections à distance ont atteint 400 mètres pour des portions de tôles.



Répartition des tornades sur le territoire

La répartition géographique des tornades en 2016 a été relativement conforme à la climatologie, avec une concentration assez nette dans le nord et le centre-ouest du pays, ainsi que près de la Méditerranée.



Les régions les plus frappées en 2016 ont été :
* les Hauts-de-France, avec 4 tornades (4 EF0)
* la Nouvelle-Aquitaine, avec 3 tornades (1 EF0 et 2 EF1)
 
A noter que, pour la deuxième année consécutive, les anciennes régions Haute-Normandie et Nord - Pas de Calais n'ont connu aucune tornade en 2016, alors qu'elles se situent dans l'axe climatologiquement le plus exposé à ce phénomène.

Heure de survenue et distance parcourue

Les tornades se sont majoritairement produites durant l'après-midi en 2016. En effet, comme l'illustre le graphique ci-dessous à gauche, 71% des tornades ont été observées entre 12h00 et 17h59 TU (contre 67% en 2015, et 52% en 2014). A l'inverse, la tranche horaire nocturne (00h00 - 05h59 TU) n'a connu aucun développement de tornade en France en 2016.

Les distances parcourues ont été majoritairement faibles, souvent inférieures à 5 km. La tornade de Champagnac-la-Rivière, en Haute-Vienne, survenue le 11 janvier, se distingue par une trajectoire totale de 11,3 km, soit la plus longue de l'année 2016.

La trajectoire cumulée de toutes les tornades françaises survenues en 2016 s'élève à un total de seulement 24 km, contre 148 km en 2015, et 240 km en 2014.



Situations météorologiques types

Les configurations météorologiques qui ont généré des tornades en France en 2016 sont proches des situations types qui ont pu être mises en évidence et présentées lors des séminaires Keraunos ou dans les publications dédiées à la climatologie annuelle des tornades françaises.

Comme le montrent les deux cartes ci-dessous, lors des journées qui ont vu des tornades se former en France en saison froide 2016, on retrouve un minimum d'altitude positionné en moyenne sur le nord-ouest du pays, associé à un contexte anormalement dépressionnaire en surface. Ce type de configuration est ordinairement lié à des intrusions polaires marquées mais assez peu cisaillées.




Durant la saison chaude 2016, les tornades se sont formées, de manière classique, dans des flux à dominante sud-ouest, pilotés par une anomalie basse de géopotentiels calée en moyenne sur le Golfe de Gascogne (voir la carte ci-dessous à gauche). En surface, le contexte moyen a également été dépressionnaire durant ces journées, avec un minimum localisé en moyenne sur l'Allemagne. Ce type de configuration implique généralement un contexte bien instable, mais assez peu cisaillé compte tenu de la position du minimum de surface. De fait, les situations tornadiques de saison chaude observées en 2016 ont produit des tornades de faible intensité, faute précisément de situations suffisamment dynamiques.



Liste des tornades de l'année 2016

La liste complète des tornades survenues en France est consultable ici.