Le 26 janvier 2017, vers 7h15 locales, une tornade de très faible intensité (EF0) est observée dans le quartier de l'Almanarre, commune d'Hyères (Var). Le phénomène, qui serait issu d'une trombe marine, produit de faibles dommages dans deux exploitations horticoles avant de se dissiper. Surtout, il survient une heure avant une trombe marine qui s'échoue dans le quartier de l'Ayguade.

La tornade d'Hyères-l'Almanarre s'inscrit dans un outbreak de tornades inédit qui totalise au moins 4 cas pour la journée du 26 janvier 2017, dont celui d'Hyères-l'Ayguade précité et ceux de la Londe-les-Maures (Miramar-Ouest et Miramar-Est) (Var), survenus 2 heures plus tard dans les mêmes circonstances.

Il est à noter que cette journée du 26 janvier 2017 est marquée par une occurrence remarquable de trombes marines sur le littoral varois. Plusieurs d'entre elles se sont fortement approchées des côtes (dont un cas à Port-Cros, où le contact sur la terre ferme n'a pas pu être prouvé à ce jour).

La commune d'Hyères a déjà été frappée par plusieurs tornades au cours des 35 dernières années : le 30 septembre 1982 (EF2), le 30 mars 2010 (EF1) et le 11 novembre 2014 (EF0). De fait, ce secteur peut être considéré comme l'un des plus tornadiques de France.
 

Principales caractéristiques de la tornade

* intensité maximale : EF0, soit des vents estimés entre 105 km/h et 135 km/h
* distance parcourue : 300 mètres (distance minimale certaine)
* largeur moyenne : 50 mètres

* commune traversée : HYÈRES (l'Almanarre)
* département : VAR (83)
* altitude moyenne du terrain : 6 mètres
* type de terrain : tissu urbain discontinu ; systèmes culturaux et parcellaires complexes

* principaux dégâts : plusieurs rangées de serres tunnel détruites ; environ 500 m² de toitures de serres (verre, polyester) détruits ; projection de débris dans l'axe parcouru par la tornade ; containers poubelles retrouvés dans un fossé ; panneaux et bâche arrachés ; clôtures renversées ; plantes en pot couchées

NB : l'intensité des tornades est déterminée sur l'échelle EF augmentée. Cette version de l'échelle EF, mise en place par KERAUNOS depuis 2009, ajoute aux critères américains une série de spécificités propres à l'habitat européen.
 

Parcours de la tornade 



© Keraunos (fond de carte : Géoportail)


Un bruit énorme et des débris de verre qui tournoient

Selon toute vraisemblance, la tornade d'Hyères du 26 janvier 2017 est issue d'une trombe marine dont on peut supposer un contact sur la terre ferme entre l'aéroport de Toulon-Hyères et la presqu'île de Giens. Toutefois, en l'absence de témoignages précis et faute de reconnaissance de terrain, la trajectoire de l'événement est limitée à 300 mètres de part et d'autre de la route de l'Almanarre, où des dégâts sont identifiés au sein d'un couloir d'environ 50 mètres de largeur.

Dans une première exploitation horticole, plusieurs rangées de serres tunnel (structures avec arceaux) sont presque entièrement détruites par le vent : bâche arrachée, structure tordue. Les plantes en pot rangées à l'intérieur sont couchées par la tornade. Leur sens de chute permet d'identifier un axe de convergence. Un peu plus loin vers l'Ouest/Nord-Ouest, la pépinière de l'Almanarre est frappée à son tour. Environ 500 m² de toitures de serres (verre et polyester) sont détruits par le vent et les débris éparpillés le long de l'axe parcouru par le tourbillon. Les structures des bâtiment ont toutefois tenu bon. De l'autre côté de la route, des containers poubelles sont précipités dans un fossé et des panneaux sont arrachés. Dans le même périmètre, une ligne électrique est rompue, mais on ignore si le phénomène est causé par la tornade ou par la foudre. D'après Sébastien Corti, témoin du phénomène, la tornade fait tournoyer des débris de serre en face de chez lui ; il évoque par ailleurs un bruit énorme et aperçoit plusieurs power flashes.

Photographies des principaux dégâts :





Fait remarquable, la route de l'Almanarre avait déjà été traversée par une tornade EF1 le
30 mars 2010. Le phénomène, qui venait de l'Ouest/Sud-Ouest, avait également survolé la pépinière de l'Almanarre avant de prendre la direction d'une exploitation horticole située dans le quartier voisin du Palyvestre.

Compte tenu des dommages observés, la tornade d'Hyères du 26 janvier 2017 est classée en intensité EF0 sur l'échelle améliorée de Fujita.


Multiples tornades entre Hyères et la Londe-les-Maures

L'épisode tornadique varois du 26 janvier 2017, constitué d'au moins 4 tornades (Hyères-l'Almanarre, Hyères-l'Ayguade, la Londe-les-Maures-Miramar (Ouest et Est)), vient s'ajouter à d'autres événements récents ou plus anciens déjà recensés dans le secteur. 

Ainsi, depuis 1982, neuf tornades ont été recensées par Keraunos entre la presqu'île de Giens et la Londe-les-Maures, soit sur une superficie restreinte d'environ 30 km². Dans la plupart des cas, il s'agit de trombes marines qui s'échouent dans les terres sur une trajectoire de quelques centaines de mètres. Toutefois, le 29 novembre 2009, le tourbillon persiste au stade de tornade sur une trajectoire de 3,7 kilomètres. Également, le 30 septembre 1982, la presqu'île de Giens est traversée de part en part.

Cette occurrence remarquable confirme le caractère tout à fait particulier de la rade d'Hyères, dont on peut supposer une situation géographique particulièrement propice à des cisaillements locaux

La carte ci-dessous synthétise les neuf événements survenus sur la période 1982-2017, dont huit sont observés entre 2008 et 2017 : 


© Keraunos (fond de carte : MyMaps)


Analyse de la situation météorologique

La tornade d'Hyères-l'Almanarre du 26 janvier 2017 s'est formée sous une cellule convective de petite dimension, mais bien développée, productrice d'une activité électrique sporadique. Cette cellule s'est constituée à l'extrémité sud-est d'un système pluvieux à composante convective, qui concernait essentiellement le sud de la vallée du Rhône au même moment. Plusieurs cellules orageuses se sont formées à proximité de l'orage producteur de la tornade d'Hyères, et ont généré pour certaines d'entre elles des trombes marines, qui témoignent d'un contexte particulièrement propice aux phénomènes tourbillonnaires ce matin-là au large du Var.

L'image radar ci-dessous illustre la situation à l'heure de la tornade (07h15 locales) :


Cet épisode orageux est lié à l'isolement d'une goutte froide sur le sud du pays, pointée à -31,8°C à 500 hPa dans l'analyse du modèle WRF 10 km Europe (ci-dessous à gauche). La circulation conjointe d'une langue d'air doux et humide en basses couches (thêta'w > 5°C à 850 hPa) le long des côtes varoises a généré une situation temporairement instable (ci-dessous à droite) et propice à la formation de tourbillons.


En savoir plus sur les tornades