Le 7 juin 1904, un orage durable frappe la ville de Mamers (Sarthe) et les communes environnantes. La rivière Dive, qui entre rapidement en crue, se transforme en un torrent furieux qui inonde la basse ville de plusieurs mètres d'épaisseur d'eau et de boue. Le bilan est lourd: 21 morts au total et des dégâts matériels considérables.

L'orage et la crue spectaculaire de la Dive

L'orage éclate sur le secteur de Mamers vers 14 heures. Il s'accompagne de pluies diluviennes qui tombent durant tout l'après-midi.

La rivière Dive, dont le niveau habituel est de 50 centimètres de profondeur et de quelques mètres de largeur, récupère une quantité importante d'eau qui provient des coteaux voisins également frappés par l'orage. Elle se transforme en un torrent impétueux de 125 mètres de large qui dévaste toutes les parties basses de la ville. En certains endroits, l'eau atteint 4 mètres de hauteur.   

Les dégâts

Les dégâts provoqués par cette crue inédite sont considérables. Ils sont évalués à 1 million de Francs à l'époque. Le village voisin de Suré (Orne) a également subi des inondations causées par des débordements spectaculaires de l'Orne Saosnoise.

A Mamers, de nombreuses habitations situées sur les quais sont partiellement détruites, tout comme l'usine de Gaz, le moulin de la ville, les abattoirs et le presbytère. L'inondation gagne même l'intérieur de l'église Notre-Dame. Les routes sont impraticables et la ville est privée de lumière.

Dans cette catastrophe, 17 personnes périssent noyées à Mamers, et 4 nouvelles victimes sont découvertes dans le village voisin de Suré. Un grand nombre de bestiaux sont également retrouvés morts. 

Galerie photographique

La catastrophe de Mamers a fait l'objet d'une médiatisation importante. De nombreuses cartes postales ont été éditées peu après l'événement. Elles témoignent de la violence du phénomène:
 
                
 
                 
 
                 
 
                 
 
                 
 
 

Contexte météorologique du 7 juin 1904

La France est soumise à un marais barométrique à tendance anticyclonique. La situation est propice à des développements d'orages peu mobiles et à fortes précipitations.

Les températures sont estivales et atteignent 25 à 28°C sur le Centre*. Le total pluviométrique atteint, pour cette journée, 37 mm à Mortagne-au-Perche* (Orne), 58 mm à Monhoudou* (Sarthe) et 90 mm à Châteaudun* en seulement une heure quinze. Il est très probable que ces valeurs aient été atteintes, voire dépassées sur le secteur de Mamers.

Les orages causent également d'importants dégâts en Indre-et-Loire, en Eure-et-Loir et en Loire-Altantique.
 
 
 
 
 

Coupure de presse

Le Journal des Débats Politiques et Littéraires mentionne le phénomène dans son édition du 10 juin 1904:

Les orages
 
La catastrophe de Mamers
 
C'est un véritable cataclysme qui est venu désoler Mamers. Depuis que les eaux ont baissé, on a pu se rendre plus exactement compte du désastre; on aperçoit partout un amas de ruines, murs écroulés, toits effondrés.

En dehors des maisons particulières, les monuments publics, les abattoirs, l'usine à gaz, l'église Saint-Joseph, le presbytère sont complètement dévastés. Le collège, l'hospice civil et militaire, un asile de vieillards ont subi des dégradations importantes. Des piliers, des murs qui avaient plus d'un mètre d'épaisseur ont été jetés à terre, les grilles des jardins ont été arrachées.
 

Sources

Les données suivies d'un astérisque proviennent du Bureau Central Météorologique.